Immaculée Affognon était l'invitée du séminaire de recherche académique de l’ASE ce mardi 28 février au campus. Sa présentation montre comment le Nigeria dans son ensemble a fait face à la crise terroriste entre 2009 et 2015. Pour la chercheuse, l'impact n’est pas très palpable au niveau fédéral, mais seulement au niveau des gouvernements locaux. L'étude a aussi présenté les résultats de nombreux autres chercheurs sur la question.

Compte tenu de cette mine d’informations, la politique doit être redirigée vers les personnes qui ont été attaquées, plutôt que de se concentrer sur les gouvernements fédéral ou locaux. La politique majeure du gouvernement précédent était de financer les collectivités locales afin qu'elles puissent redistribuer ces fonds aux populations touchées par le conflit.

« Il faut financer les gens au niveau inférieur pour toucher directement la population qui en a vraiment besoin », a déclaré Immaculée.

En ce qui concerne l'implication des autres pays, il est nécessaire de prendre en considération d'autres variables spécifiques pour apprécier leur impact sur ces activités antiterroristes.